La région de Cannes sur la Côte d’Azur : une visite virtuelle

Nice Panorama




Visite virtuelle la région de Cannes sur la Côte d’Azur

Cannes

Cannes

est une ville élégante et de renommée internationale. Elle se trouve au bord de la Méditerranée et est protégée du Mistral par l'Esterel. Cannes bénéficie par conséquent d'un climat exceptionnel et les vacanciers estivaux pourront y profiter de ses nombreuses plages de sable. Cette ville dynamique a su s'imposer internationalement grâce à ses nombreux festivals dont le plus connu est celui du cinéma. La visite de la ville permet de découvrir ses multiples facettes.

Le long de la célèbre Croisette, une large avenue bordée de palmiers en bord de mer, le touriste ne manquera pas d'admirer les grands hôtels et palaces aux noms mythiques : Majestic, Carlton, Martinez, Noga. La Croisette, ainsi que la rue d'Antibes (rue parallèle), offrent une succession de boutiques de luxe et de joailleries. Au bout de la Croisette, le quartier résidentiel de la Californie abrite de belles demeures datant de l'époque faste du 19ème (Château Louis XIII, Villa Fiesole, Villa Rothschild). On pourra aussi admirer des yachts et des voiliers sur les quais du port Canto.

Cannes est restée, jusqu'au 19ème siècle, un petit village de pêcheur autour du Mont Chevalier (quartier historique du Suquet). Ce n'est qu'à cette époque que l'aristocratie anglaise (entre autre avec Lord Brougham) a conduit au développement actuel de la ville. Le quartier historique du Suquet conserve les charmes des villages provencaux : les rues y sont étroites et les bâtiments aux volets colorés sont collés les uns aux autres.

Les îles de Lérins (Sainte-Marguerite et Saint-Honorat) se situent face à la ville. Les belles plages et les promenades vous apporteront dépaysement. Sainte-Marguerite, la plus grande, possède un parc arboré de 170 ha et quelques unes des plus belles plages de la Côte d'Azur. L'île est célèbre pour son Fort Vauban, qui fut une prison royale et hébergea, entre autres, l'homme au Masque de Fer. Ce fort accueille aussi le Musée de la Mer avec sa collection d'archéologie sous-marine. Saint-Honorat est la propriété des moines et abrite un monastère cistercien datant de l'époque féodale (cloître du 13ème et 15ème, chemin de ronde). Les visiteurs doivent se montrer respectueux du calme de la vie monacale et du cadre naturel préservé.


Mandelieu La Napoule

Mandelieu La Napoule

a une histoire riche et mouvementée liée à l’abbaye de Lérins et son château.

Au 4ème siècle, Eucher, seigneur de Mandelieu, libère ses esclaves. Consorce, sa fille, fonde un hôpital et un couvent pour accueillir les pèlerins qui viennent à Lérins ou se rendent à Rome. A deux reprises aux 8 et 9ème siècle, Mandelieu est entièrement détruite par les sarrasins. Au 13ème siècle, le château de Mandelieu est englobé dans les biens de l’Église d’Antibes où est alors situé l’évêché. Une fois le siège épiscopal transféré à Grasse, Mandelieu dépendra du chapitre de Grasse pour le temporel et l’abbaye de Lérins pour le spirituel jusqu’à la Révolution.

Au 14ème siècle, des seigneurs de Villeneuve achèvent la construction du Château de La Napoule. Dans la première partie du 16ème siècle, le village de La Napoule est saccagé après une incursion de Barberousse. Quelques années plus tard, les habitants de Mandelieu, de Théoule et de La Napoule, coupent la route à Charles-Quint dans l'estérel. Quittant Nice, l’armée navale turque, sous les ordres de Barberousse, tente un débarquement à La Napoule. Cette armée comprends 5 000 hommes mais sera repousée par les habitants dirigés par Jean II de Villeneuve. A la fin du 16ème siècle, c'est au tour de Charles Emmanuel de Savoie, qui tente d’investir le château, d'être repoussé par David de Villeneuve et les habitants de La Napoule et de Mandelieu. Découragé, le duc de Savoie poursuivra sa route vers Fréjus. Au début du 18ème siècle, le duc de Savoie ravage la région. C'est à cette époque que le château de Mandelieu est entièrement détruit. La demeure seigneuriale des “Villeneuve” sera reconstruite au début du 20ème siècle par un artiste américain, Henry Clews, peintre et sculpteur. Elle abrite aujourd’hui une fondation d’art et le Festival des Nuits du Château.

A la fin du 19ème siècle, la Côte d’Azur est reliée à Paris par le chemin de fer. Elle devient le salon de l’aristocratie internationale. Le Golf «Old Course», le plus ancien de la Côte d’Azur, fut créé à cette époque par le grand Duc Michel de Russie. Il acquit rapidement une telle notoriété que la compagnie de chemin de fer, le P.L.M. dut admettre, suite au souhait exprimé par le Grand-Duc Michel, que les trains s’arrêtent dans la petite gare de la Napoule, ce que les habitants sollicitaient en vain depuis plus de trente ans. Il se distingue toujours par la traversée de la rivière « La Siagne » pour atteindre le trou n°3.

Le Mimosa a été importé dans la région au début du 19ème siècle par des botanistes anglais. Les aristocrates anglais furent donc les premiers à en orner leurs jardins lorsque la riviera fut créée. Cette plante originaire d'Australie s'est formidablement bien acclimatée au climat méditerranéen. Le gel et la neige qui détruisent les plantations en 1929, sont à l'origine de la première Fête du Mimosa à Mandelieu-La Napoule en 1931. On fête alors la persévérance des producteurs de Mimosa et la renaissance de la production. Cette fête devenue traditionnelle permet de voir des chars décorés pour le Grand Corso. De nos jours, Mandelieu-La Napoule, capitale du Mimosa, constitue une des huit étapes de la Route du Mimosa (Bormes les Mimosas, Le Rayol Canadel, Sainte Maxime, Saint Raphael, Mandelieu la Napoule, Tanneron, Pégomas, Grasse).

Mandelieu-La Napoule dispose d'un littoral varié (plages de sable fin et criques de roches rouges caractéristiques du massif de l’Estérel) et d’équipements portuaires exceptionnels répartis sur 6 ports (2 maritimes, 3 fluviaux et 1 port à sec). C'est la commune qui offre la plus grande capacité portuaire de plaisance des Alpes Maritimes en nombre d'anneaux. Mandelieu-La Napoule, grâce à accès direct aux Massifs forestiers de l’Estérel et du Tanneron, a su développer un tourisme vert. Avec ces deux golfs («le Old Course» et le «le Riviera Golf»), elle donstitue la première destination golfique de la Côte d’Azur.


Antibes

Antibes

aurait été fondée au 5ème ou au 4ème siècle av. J.-C. par des Phocéens de Marseille. Antibes fut ensuite le siège d’un évêché entre le 4ème siècle et le 13ème siècle. C'est à cette époque que le siège épiscopal fut transféré à Grasse.

La famille Grimaldi, originaire de Gênes et alliée des Angevins, reçurent le fief d'Antibes du Pape d'Avignon en remboursement d'une dette. Ils s'y établirent vers la fin du 14ème siècle. La Dédition de Nice au 14ème amena une frontière aux portes d'Antibes. Les efforts de fortifications s'intensifièrent durant les rivalités entre Francois Ier et Charles Quint et se poursuivirent jusqu'à la fin du règne d'Henri IV. Au début du 17ème, Henri IV ayant rachété la ville aux Grimaldi d'Antibes, ceux ci s'installèrent au château de Cagnes-sur-Mer jusqu'à la Révolution française.

Le démantèlement des fortifications d'Antibes commença au 19ème siècle pour accompagner une urbanisation croissante. Fin du 19ème, la station balnéaire de Juan-les-Pins fut créée. De nos jours, on peut visiter nombre de monuments liés à cette histoire. Citons, par exemple, le Fort Carré construit au 16ème siècle sous Henri II et développé fin 17ème siècle sous Louis XIV par Vauban et le Château des Grimaldi (15 et 16ème siècles) qui abrite de nos jours le Musée Picasso. La visite de la vieille ville et des remparts offre une belle vue sur le cap d'Antibes. On peut flanner sur le marché provençal couvert ou visiter le musée Peynet.

Le port Vauban, un des plus grand port de plaisance d'Europe, accueille chaque printemps lors des "Voiles d'Antibes" un important rassemblement de Yachts Classique en Méditerranée. Chaque été, le Festival de jazz de Juan-les-Pins a lieu et des feux d'artifices sont organisés par les plus grands artificiers. Le Festival mondial de l'image sous-marine se tient, quant à lui, en automne. La visite du Marineland d'Antibes permets, aux petits comme aux grands, d'admirer des spectacles uniques avec des orques, dauphins et otaries.


Biot

Biot

a une histoire qui n'a pas échappée aux principales guerres qui ont eu lieu dans la région. Du 11ème au 13ème siècle, Biot appartient à l'évêque d'Antibes et au Comte de Provence. Au début du 13ème siècle, le Comte de Provence fait donation de terres à l'Ordre du Temple. La seigneurie de Biot est alors partagée entre l'êvèque de Grasse et les Templiers. Au début du 14ème siècle, après l'abolition du Temple, Biot est remis aux Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem ("Chevaliers de Malte").

A la fin du 14ème siècle, la peste noire et la guerre des bandes ont raison de la population qui abandonne le village. Il faudra attendre la fin du 15ème siècle pour que le roi René repeuple Biot avec une cinquantaine de familles venue de Ligurie. Au 16ème siècle, le village subit un siège par les troupes du Duc de Savoie. Au 18ème siècle, le village est pillé à deux reprise par des troupes austro-sardes puis austro-piémontaises.

Biot a toujours su attirer des artisants. Au 18ème siècle, Biot comptait ainsi 32 fabriques de poteries employant près de 200 ouvriers. De nos jours Biot, Biot a recu de la Société d'Encouragement aux Métiers d'Art et la Confédération Nationale des Métiers d'Art le label national "Ville et Métiers d'Art". Il est vrai que le savoir-faire des artisants (maîtres verriers, potiers, céramistes et bijoutiers joailliers) installés dans ce village est grand.

Biot comporte de nombreuses verreries ainsi que l'Ecomusée du Verre et la galerie internationale du verre. Biot accueille aussi de nombreux musées : le musée national Fernand Léger, le musée d'histoire et de céramiques biotoises, et le musée du Bonsaï.

La visite du village permet d'admirer la place de l'Eglise avec son pavement polychrome dessinant deux croix de Malte ainsi que l'église reconstruite au 15ème siècle. On pourra flanner sur la place des Arcades avec son architecture caractéristique et regarder les deux portes du village datant du 16ème.


Valbonne

Valbonne

doit son nom à la fondation au 12ème siècle de l'abbaye Sainte Marie sur les terres d'un vallon isolé et désert du territoire de Sartoux qui deviendra "Vallisbona" (la bonne vallée). Valbonne faisait alors partie des 15 abbayes et prieurés de l’Ordre monastique de Chalais, ordre "dauphinois provençal" créé un siècle plus tôt selon une règle proche de celle des cisterciens. A la désintégration de cet ordre fin du 13ème siècle, Sainte Marie de Valbonne se voit disputée par Avignon et Grasse. Le pape doit lui même trancher ce litige vieux de près de 50 ans en attribuant Valbonne à l'abbaye à Lérins.

A la fin du Moyen Âge, peste noire, sécheresse et incursions barbares déciment et font fuir les rares populations des hameaux environnants, laissant les territoires de l'abbaye ruinés. Afin de remettre en valeur les terres de l'abbaye, Augustin de GRIMALDI, évêque de Grasse et abbé commandataire de Lérins prend l'initiative au 16ème siècle de créer un village à côté de l'abbaye. L'architecture retenue tranche avec celles des villages alentours. Elle est basée sur le concept du plan romain rectangulaire associant la rue centrale, la rue perpendiculaire et la place centrale. Pour des raisons défensives, les "maisons remparts" ne possédaient pas de portes sur l'extérieur.

Le village restera rural jusqu’au milieu du 20ème siècle. La création du pôle universitaire, scientifique, technologique et résidentiel de Sophia-Antipolis, construit en grande partie sur la forêt de Valbonne, ont transformé la région. De nos jours près de 1200 entreprises s'y sont installées, dont 900 sur la seule commune de Valbonne Sophia Antipolis. Cela a permis la création de 22000 emplois directs dans des organismes de recherche tant publics que privés. Les principaux domaines d'activités sont les sciences de la santé, de l'information, les télécommunications, le multimédia. Sophia Antipolis acceuille également près de 4000 étudiants (3èmes cycles de l'université, Grandes Écoles et classes préparatoires).


Mougins

Mougins

se situe entre Cannes et Grasse sur la route Napoléon. Le vieux village fut fortifié au Moyen Âge. Au 11ème siècle, le comte d'Antibes donna Mougins à l'abbaye de Lérins, qui le conserva jusqu'à la Révolution. Durant la guerre de succession d'Autriche (18ème siècle), le village fut dévasté par un incendie et pillé par les armées austro-sardes.

La principale activité économique du 19ème siècle était la production florale (rose et jasmin) pour les parfumeurs de Grasse. A partir de la moitié du 20ème siècle, Mougins est devenue un haut lieu touristique et artistique de la Côte d'Azur. De nos jours, Mougins accueille sur son territoire pres de 20% de la technopole de Sophia-Antipolis.


Google
 
Web www.nice-panorama.com



Mentions Légales
Tous droits réservés pour tous les pays © / All rights reserved for all countries ©.
nice-panorama.com ®